ROMA

Au XVIe siècle, les corses habitant en grand nombre à Rome, dans le quartier du Trastevere, créent une confrérie autour d’une statue de la vierge (Madonna Fiumarola) trouvée dans l’eau à l’embouchure du Tibre, en l’église San Crisogono qui est consacrée à cette nation. En 1662, l’ambassadeur du roi de France provoque par le biais de ses soldats, une escarmouche avec les gardes corses. Ces derniers assumaient la fonction de gendarmerie, garante de l’ordre public, aux ordres de la papauté. Suite à cet incident, les unités corses seront dissoutes, la garde corse répudiée.

CYRNIORUM  FORTIA  BELLO  PECTORA

Ti mandu, Madonna Fiumarola, a mo ultima preghera,

Lu mo cantu, porta lu in mare, testamentu salutare

Fin’à a Corsica di u mo core, per sempitern’altare

 

T’emu trovu sott’à l’acqua è purtata in cor’di chjesa

Per pregà ti cù pietà in lingua corsa senza pratesa

Avemu fattu cunfraterna chì fusti à u fiume ripresa

 

Domani mi impiccheranno, quelli che fedele ho servito

Con i miei fratelli isolani che di Roma tenevamo le porte

Ti mando per testimone, il lamento del soldato…

 

Quantu corsi sò sbarcati nant’à e to dolce calate

In tempu di saracini, u suldatu è l’abbate

Quantu anu trovu un agrottu, ghjunti quì per ùn più pate

 

Eppò hè ghjuntu lu francese è lu so orgogliu nativu

U sbirru di u rè in Farnese cù lu so scoppu gattivu

U so viziu hè l’arnese è lu so focu hè speditivu

 

Domani mi impiccheranno, quelli che fedele ho servito

Con i miei fratelli isolani che di Roma tenevamo le porte

Ti mando per testimone, il lamento del soldato…

 

Dumane seraghju mortu, a mo anima in paradisu

Senza mancu più tremà, basgieraghju lu to visu

Ma da Trastevere à L’Urnanu, dolu serà cundivisu…

Je t’adresse, Madonna Fiumarola, ma dernière prière,

Mon chant, porte-le au-delà des mers, testament salutaire

Jusqu’à la Corse de mon cœur, éternel autel sacré

 

Nous t’avons trouvée sous l’eau et  portée au Choeur d’une église

Pour humblement te prier en langue corse

Nous avons établi une confrérie car tu fus reprise au fleuve

 

Demain ils me pendront, ceux que j’ai fidèlement servis

Ainsi que mes frères corses avec lesquels nous gardions les portes de Rome

Je t’adresse comme testament, la complainte du soldat…

 

Ô combien de corses ont débarqué sur tes quais accueillants

Du temps des sarrasins, et le soldat et l’abbé

Ô combien ont trouvé un abri, arrivés à toi pour ne plus pâtir

 

Et puis est arrivé le français avec son orgueil inné

Le sbire du roi est à Farnese avec un objectif néfaste

Son vice comme instrument et son feu est expéditif

 

Demain ils me pendront, ceux que j’ai fidèlement servis

Ainsi que mes frères corses avec lesquels nous gardions les portes de Rome

Je t’adresse comme testament, la complainte du soldat…

 

Demain je serai mort, mon âme sera aux Cieux

Mais sans plus trembler, je baiserai ton visage

Mais du Trastevere à L’Urnanu, le deuil sera partagé…

Texte et traduction: Paul Turchi-Duriani.

 

© DORIA OUSSET - Création STUDIO WMI.com - Crédits photos : Marie-gabrielle TAISNE, CASTALIBRE, Olivier SUBISSI, JGAZ PHOTOGRAPHIE, Maryma MANCINI, CORSICA MEIA.